Published On: Ned, svi 2nd, 2021

Les frontières des Balkans sous le feu des non-papers fantômes [enquête]

La question des frontières dans les Balkans vient de ressurgir à travers la publication de deux non-papers. L’un attribué au premier ministre slovène Janez Janša, l’autre attribué à une ‘initiative franco-allemande’.

  • Aussitôt publiés, aussitôt démentis. Des ballons d’essais ou des fake-news. B2 essaie d’y voir plus clair en ayant recueilli de nombreux témoignages…
  • La survenance de ces documents survient à un moment clé, alors que le dialogue Belgrade-Pristina, interrompu depuis l’automne 2020 pour cause d’élections au Kosovo (en février 2021), semble reprendre et que la présidence slovène se profile à l’horizon (2e semestre 2021).
  • Si le premier document n’a pas la forme classique d’un non paper (on peut parler davantage d’une note préparatoire), le second y ressemble davantage, beaucoup plus structuré et étayé. Reste à savoir leur véracité, leur source, ou leur statut exact.
  • Il y a 30 ans, la commission ‘Badinter’ d’arbitrage de la Conférence de paix sur la Yougoslavie » avait posé le principe de garder les frontières intérieures de la Yougoslavie inchangées pour éviter tout trouble. Ce dogme est toujours bien présent.

La question de redessiner les frontières revient cependant régulièrement et parfois officiellement. C’est le cas lors de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères (Gymnich) à Vienne, en août 2018 (lire : Entre Serbie et Kosovo, la question de la redéfinition des frontières n’est plus taboue). Puis de nouveau en avril 2019, lors du sommet Balkans à Berlin, où la France appelle à « regarder toutes les options possibles » (lire : Un sommet à Berlin pour reprendre la main).

Un premier non-paper pour redessiner toutes les frontières vers des États nations

La polémique naît le 12 avril dernier. Le média bosniaque Politicki publie des propositions-choc de ce qu’il présente comme un non-paper de la future présidence slovène de l’Union européenne. Il « a été remis en personne au président du Conseil européen, Charles Michel, fin février ou début mars de cette année », assure le média. Le document est ensuite publié dans le média slovène Necenszurin (“non à la censure”) le 15 avril. La forme comme le fond de soit-disant non paper sont rapidement contestés.

Une redéfinition entière des frontières de la région

Le document fait le buzz. Ce qui semble l’objectif. Car il propose une refonte entière des frontières de la région selon des critères ethniques. L’auteur juge qu’« il est difficile d’imaginer la perspective européenne de la Serbie et du Kosovo ». En plus, « personne n’est satisfait de la situation » en Bosnie-Herzégovine dont l’adhésion à l’UE « est totalement exclue ». Trois propositions jaillissent. Premièrement, une fusion entre l’Albanie et le Kosovo ; exit donc l’État du Kosovo. Deuxièmement, rattacher la Republika Srpska de Bosnie à la Serbie — avec donc la création d’une Grande Serbie — pour « résoudre en grande partie le problème de la question nationale serbe ». Troisièmement donner aux Croates de Bosnie un « statut spécial » sur le modèle de la province italienne autonome du Sud Tyrol, ou les rattacher à la Croatie créant ainsi un État pour les Bosniaques où se déroulera un référendum pour « un futur dans l’Union européenne ou un futur hors Union européenne (Turquie) ». On voudrait semer le feu dans la région qu’on n’y procèderait pas autrement.

Le premier ministre slovène dément

Dès le lendemain, le premier ministre slovène Janez Jansa explique dans un tweet que sa dernière rencontre avec Charles Michel remonte à « l’année dernière » et qu’il aurait été « difficile de lui remettre quoi que ce soit en février ou mars de cette année ». Mais il ne dément pas catégoriquement être l’auteur de ces propositions. Puis, dans une série de tweets et retweets, il accuse l’opposition de gauche d’un coup monté. La télévision Nova24Tv, proche du pouvoir et dont l’objectivité n’est pas le fort, évoque même un faux.

Pas de commentaire chez Charles Michel

Interrogé par B2, le porte-parole du président du Conseil européen, indique « ne pas pouvoir confirmer » avoir reçu le document et « ne pas faire plus de commentaire ». Au niveau des ambassadeurs des États membres à l’Union européenne, « le document n’est pas passé par les canaux appropriés, les 27 ont été surpris en le voyant dans les médias », détaille à B2 un habitué des couloirs européens, qui conclut : « Donc, ce n’est pas sérieux ».

Pas reçu ce prétendu document chez Josep Borrell

« Je n’ai pas reçu ce prétendu document. Je ne l’ai pas vu. » Josep Borrell, le Haut représentant de l’UE, l’assure lundi (26.04) face à la presse lors de sa conférence de presse avec Aleksandar Vucic, le président serbe. « Si c’est un ‘non paper’, c’est une ‘non issue’ (‘pas un problème’). Mais je veux profiter de cette occasion pour souligner le soutien continu et sans équivoque de l’Union européenne à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de la Bosnie-Herzégovine, tout comme aux autres pays des Balkans occidentaux ».

‘Irréaliste et ridicule’

Les idées se bousculent pour savoir d’où peut provenir ce papier. « Qui, des années après la fin du conflit en Yougoslavie, proposerait de redessiner les frontières ? C’est irréaliste et ridicule », précise à B2 un diplomate, bon connaisseur de la région, qualifiant le pseudo non paper « d’étrange et bizarre »… « Ça pourrait être des Serbes nationalistes… Mais ils proposent également une Grande Albanie… ».

Du grand n’importe quoi !

C’est tout simplement du « n’importe quoi [qui] n’aide en rien dans la région », s’exclame un autre de nos interlocuteurs. La question des frontières dans les Balkans c’est comme « de la poudre à feu » : une étincelle et ça risque de partir en conflit. La redéfinition des frontières, « ce n’est pas quelque chose sur la table de l’Union européenne, ni que l’on considèrerait » martèle-t-il.

Une provocation

Le document pourrait être de la « provocation », en tout cas il est « définitivement venu de l’intérieur de l’Union européenne, comme de quelqu’un aux tendances de Trump » poursuit notre source. « D’ailleurs, la Slovénie ne nie pas en être l’auteur et je ne serai pas surpris que ça vienne de Janez Janša », fait-il remarquer. Ce peut être aussi un ballon d’essai, pour « tâter le terrain », voir où en sont les esprits.

La question qui reste sur toutes les lèvres de nos interlocuteurs, c’est : « Qui pourrait en profiter ? ». Et chacun d’élaborer en fonction de son histoire : cela pourrait venir de la Turquie, de la Russie, des Serbes de Bosnie, etc.

Des papiers fantômes qui prennent le débat en otage

Nous avons donc finalement demandé son avis à Željana Zovko, eurodéputée croate (HDS/PPE). Pour cette originaire de Mostar (Bosnie-Herzégovine), c’est simple : les papiers fantômes « prennent les discussions en otage ». En premier lieu, elle pointe du doigt l’apparition “opportune” de ce document après celle du non paper (légitime celui-ci) signé par cinq pays de la région (Bulgarie, Croatie, Slovénie, Hongrie, Grèce et plus tard Chypre) pour mettre le focus sur la Bosnie-Herzégovine, notamment demander le changement de la loi électorale. « Quand on voit une collaboration USA-Union européenne sur le pays clé des Balkans occidentaux pour la sécurité, on voit l’apparition des papiers fantômes. Ce n’est pas étonnant. Si l’on ne peut pas arrêter quelque chose de positif on va faire un scandale pour détourner l’attention… », analyse-t-elle. Quant à la séparation de la Bosnie-Herzégovine ? « C’est une blague. Tout le monde sait que ce n’est pas possible ».

Un second non-paper pour relancer le dialogue Belgrade-Pristina

L’histoire ne s’arrête pourtant pas là. Un autre pseudo non paper fait son apparition, lundi (26.04), publié par le média kosovar Koha Ditore. Il viendrait de la France et l’Allemagne, dans le but de relancer le Dialogue entre Belgrade et Pristina et amener à un accord final. « L’authenticité de ce document n’a pas pu être confirmée par le journal », mais « certains diplomates ont plus ou moins confirmé que les points qui y sont mentionnés sont conformes à ce qui devrait être discuté lors du dialogue », précise le média.

Une reconnaissance du Kosovo

Ce document tourne autour de la reconnaissance du Kosovo comme État indépendant par la Serbie mais aussi de la création d’un « district autonome du nord du Kosovo en tant qu’unité administrative unique », avec des compétences régionales (finances, éducation, santé, police, coopération européenne etc). En plus, le Kosovo reconnaitra l’église orthodoxe serbe et son organisation interne comme une partie autonome du système politique et constitutionnel du Kosovo. L’accord sur la normalisation des relations devra être finalisé pour février 2022 (pendant la présidence française du Conseil de l’UE). Et un rendez-vous est annoncé en France en juin.

Une fake news !

La France et l’Allemagne « ne sont pas à l’origine du prétendu non-papier franco- allemand », assure l’ambassade de France au Kosovo. C’est « une fake news ! », ajoute l’ambassade d’Allemagne au Kosovo. Rappelant toutes les deux « soutenir pleinement » le Dialogue mené par le Représentant spécial de l’Union européenne Miroslav Lajcak. Sans pour autant démentir qu’un tel non paper existe, du côté allemand, on précise : « il se peut qu’il y ait un document, mais il ne s’agit certainement pas d’un document franco- allemand ». Sans assurer non plus que les points présents dans le document ne sont pas soulevés dans le cadre du Dialogue entre Belgrade et Pristina.

Écrit par une femme très intelligente

Selon Aleksandar Vučić, ce document a été écrit par une femme très intelligente et très au fait de ces questions, confie-t-il à la Radio Television of Vojvodina, selon la traduction apportée par Euractiv. Tout en rappelant que pour lui, l’indépendance du Kosovo — ancienne province serbe — est « inacceptable ».

Stop à la discussion

Pour la Croate Željana Zovko, il n’y a de toute façon « pas lieu de discuter comme ça sur des non papers qui n’ont pas été présentés aux partenaires ». Une manière de voir les choses — partagée par tous nos interlocuteurs — et de clore le débat. Alors que le fantôme des non-papers, lui, continue lui de planer…

(Aurélie Pugnet)

Vucic, Kurti, Milanovic et les Américains

Dans la région, on ne peut pas dire que cette idée fasse florès. « La meilleure des réponses est de ne pas commenter ces non-papiers. Ils se nourrissent de nos réponses » a commenté le dirigeant kosovar Albin Kurti face au Parlement jeudi (29 avril). Le changement de frontières « n’est pas une option. C’est dangereux » estime Donika Gërvalla, sa ministre des Affaires étrangères. L’éclatement de la Bosnie-Herzégovine « est un sujet tellement dangereux qu’il ne devrait pas figurer, même dans un document officieux, quel que soit l’auteur », stigmatise le président croate Zoran Milanović rapporte N1. Si le président serbe Aleksandar Vucic ne n’est pas montré enthousiaste sur l’idée d’une Grande Serbie lors de la conférence de l’Atlantic Council, le leader des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik, s’est lui dit intéressé par une dissolution de la Bosnie- Herzégovine, rapporte Balkans Insight.

Des spéculations dangereuses

Pour les Américains, les spéculations « injustifiées » sur les modification des frontières « risquent de favoriser l’instabilité dans la région », a averti Ned Price, porte-parole du Département d’État américain. Le redécoupage des frontières « serait très dangereux et risquerait d’ouvrir la boîte de Pandore et des conflits potentiels », pour le ministre allemand chargé des affaires européennes, Michael Roth. Des idées « naïves et dangereuses » confirme le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg.